Le Gange:un monde parallèle à la mort.

Lorsque j’ai vu que nous étions le 1 er novembre, jour de la commémoration des saints défunts, j’ai eu le goût de vous partager ma rencontre avec un lieu où la mort est omniprésente. La cité indienne millénaire de Varanasi et de son fleuve sacré, le Gange:Mother Ganga.
Je suis parti à la rencontre de ce lieu mystique assis à l’arrière d’un Rickshaw (tuk tuk) sillonnant les ruelles sinueuses de la ville sainte de Varanasi avec certaines craintes. J’étais sur mes gardes. Par milliers, j’observais les pèlerins vêtus d’un vêtement orange, se diriger vers le fleuve Ganga. Il y avait des marchands,des enfants,des mariages, des célébrations de naissances et des corps de gens décédés.
Ma première rencontre avec la mort était au Népal mais de voir un autobus avec sur le toit, des dizaines de corps empilés, prêts à aller au bûcher pour la crémation pour ensuite rejoindre le fleuve Ganga m’a saisi. La mort ici est libre. Normale. Je me suis questionné:pourquoi chez nous est-elle si noire,cachée et taboue ? À la mort de ma grand mère,les ambulanciers m’ont retiré du corps de celle-ci en m’interdisant d’y toucher….Pourquoi ?
Lorsque j’ai vu ce fleuve sacré se dévoiler devant moi, autant j’étais intrigué et fasciné autant j’ai du prendre un recul pour l’apprivoiser. J’étais devant ce lieu où depuis des millénaires, elle accueille la mort. D’autres y attendent la mort et où l’on célèbre les mariages.
J’ai pris le temps de l’observer, de me laisser apprivoiser. Quotidiennement aux aurores, je méditais et je pratiquais mon yoga. J’observais le scintillement du soleil sur l’eau et ce lieu où toutes les textures de la vie étaient ensemble, devant mes yeux de voyageur.
Un matin, j’ai pris une chaloupe pour aller observer de loin les rives du Gange. J’y ai vu les bûchers et les crémations célébrés par des fêtes de passage rendant hommage au cycle de la vie par les familles. Je naviguais sur l’eau…. entre les vaches mortes et la pollution flottant sur l’eau du Gange tout en ressentant bien son attraction mystique et spirituel.
Une semaine plus tard, j’ai ressenti l’appel de Mother Ganga. J’avais les pieds à quelques centimètres de son eau et je tremblais. Il y a tant d’âmes qui sont passées par ici. J’ai tout d’abord trempé mes mains en y baignant 3 statues de Shiva. Puis j’ai descendu jusqu’à ce que l’eau touche mon ventre. J’ai plongé mes bras que j’ai ensuite ouvert, exposant mon coeur au soleil levant. J’ai relevé mes mains par dessus ma tête pour laisser l’eau couler sur mon corps. J’ai ressenti une délivrance. Je suis parti méditer sur les “ghats”. De là, je voyais la vie côtoyer la mort dans un respect et dans une normalité désarmante pour le nord-américain que je suis. J’ai compris que le corps n’est que le véhicule de l’âme. Que l’on s’attache au corps mais que l’âme demeure toujours vivante.
Varanasi,Bénarès…ville de transition,ville de rituels, éternel lieu de passage de la vie à la mort,le cycle éternel.La cité mystique du Trayambakam,un lieu de Bénédiction.
Globe Trottier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *